Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 12:28

INTRODUCTION
BLOG SUR ARMEAU


 


                GEOGRAPHIE DU LIEU

(d'après Ch Maillard, 1983, Villeneuve sur  Yonne des origines à 1328)


          ARMEAU, Canton de Villeneuve sur  Yonne commune du département de l'Yonne (89500),

 arrondissement de Joigny, est distant de Paris de 115 Km, de 105 Km d'Orléans et de 35 Km d'Auxerre.


              


GEOGRAPHIE PHYSIQUE.


   
       Le village d'Armeau est situé dans une plaine alluviale entre la rivière Yonne au Sud-Ouest et le Val Saint Quentin au Nord -Est , au Sud-Ouest se trouve la plaine des Lambes.

        
  Le village est situé à environ  80   mètres au dessus du niveau de la mer.
          Il est composé d'un bourg et de trois hameaux (Richemont, Grand Palteau et Petit Palteau).
         Dans le Val Saint Quentin circule en profondeur le ru du Vaux. Celui-ci est le produit de plusieurs sources, échelonnées tout au long de son parcours. Le ru ressurgit  et sourd au printemps en quelque endroit de la vallée. Les  puits creusés sur son trajet sont d'une certaine importance. Longtemps à l'usage des habitants, l'eau de ces puits, puisée par les riverains, a été utilisée pour l'usage domestique, jusqu'à la réalisation de l'adduction d'eau potable, décidée en 1933, mais réalisée après la guerre en 1952-1953.
          Indéniable progrès sanitaire, et en période de sècheresse les puits ne donnaient pas beaucoup.

          Le bras mort de l'Yonne, sur la rive gauche, délimite une ile de 4 ha environ, plantée de peulpliers, réserve de pêche depuis plus de 10 années, lieu de vie des canards sauvages et des poules d'eau. Ce bras mort rejoint la rivière principale après le barrage.

          De nombreuses iles (dont l'ile des javots) de graviers et de sable, aujourd'hui disparues par dragages fréquents, ont existé jusqu'à une récente période, parsemant le lit de la rivière. Ce qui a permis d'utiliser le sable alluvionnaire pour la construction des habitations ( dont la mairie ecole ), l'entretien des chemins de halage et autres destinations.


                


CLIMAT

   
       Le climat est de type océanique, la pluviométrie est de 600 mm à 800 mm par an. La température moyenne annuelle du site est de 10° à 20 degrés
 

                                                                                        vue générale du site 2006
 

 

L’histoire d’ARMEAU a commencé bien avant que le village ait reçu la première dénomination qui nous soit parvenue.

 

Epoque de Cromagnon. On s’habille de peau de bêtes.. A ses risques et périls. Depuis la vie de ces hommes, il s’est écoulé plus de vingt siècles.  Lisons ce qui suit.

 

Aux époques préhistoriques, La forêt d’Othe, envahissante, s’étendait jusqu’aux rives de l’Yonne. Cette notion,  jointe à celle de la découverte de défenses de mammouth dans une carrière avoisinant Armeau et à l’existence d’une ligne continue de stations archéologiques en bordure de la rive droite de l’Yonne, permet de conclure très raisonnablement que le pays d’ARMEAU a été peuplé dès les premiers âges. A la pointe de la forêt d’Othe, il s’est formé au cours des temps une commune qui peut avoir sa légende historique comme ses voisines.

 

Dans ce site il y a lieu de penser, qu’à la pointe de cette forêt, combien de sujets ont lutté pour vivre et faire face à d’innombrables événements de toute nature.

 

A la période glaciaire, des hommes ont vécu là implantant leur cabane, a demi enfouie dans le sol, sur un déboisé bordant la rivière et menant une existence difficile, à tout moment marquée par une lutte contre les éléments et contre les bêtes féroces.

 

Vers 1500 avant J.C., les descendants de ces hommes, encore à l’âge de pierre, virent roder autour de leur cité lacustre, établie près de la rivière, les premiers envahisseurs asiatiques : celtes, gaëls aux cheveux foncés, puis celtes kymris aux cheveux blonds. Ces peuplades, dont la civilisation était déjà avancée, connaissant le travail du fer, se stabilisèrent, se mêlant aux premiers habitants. Ils formèrent des hameaux gaulois, et contribuèrent à la tribu sénone.

 

Ils commencèrent à exploiter la terre, le bois et en forêt le fer dans les environs avec des moyens rudimentaires. Souvent, ennuyés par toutes sortes de conflits, guerres, invasions, pillages, inondations, incendies, etc.… . Puis ce fut une période de désertion et la nature avait repris ses droits.

            Mais, plus tard, d’autres groupes sillonnant la vallée se sont rapprochés des hauteurs pour mieux observer l’immensité du voisinage.  paraissant avoir séjourné auprès d’une source de l’époque, baptisée par la suite « Saint Sulpice », ayant appartenue à une confrérie réputée guérir les maux de gourme, situé »e en amont coté sud de la localité.

Dans ce lieu, se sont dressées des chaumines à l’abri du vent du nord.
            En comparant les documents départementaux et ceux des villages voisins avec constatation du site, on peut se rapprocher de son passé.

            Cette partie terrestre à l’ère archiacre devait n'être qu’une partie inerte il y a quatre cent millions d’années.

Au cours des temps, elle fut transformée plusieurs fois en carbonifère, calcaire, volcanique, glacière, réchauffements progressifs avec pluies diluviennes. Tout ceci transforma les lieux  par monts et vallées, flux et reflux, en examinant les carrières crétacées.

            Durant des millions d’années la nature progressait néanmoins car des bêtes y vivaient, et on y a découvert des défenses de mammouth dans une carrière de marne à mi-chemin de Villeneuve-sur-Yonne et on peut découvrir des coquillages dans des carrières calcaires.

            Ce ne fut que mille ans avant J C  que les hommes dits LES EDUENS ont pu commencer à séjourner dans la région, alors que la nature prenait la forme de celle que l’on connaît de nos jours.

            A ce temps préhistorique, ces hommes venus par voie d’eau, se fixaient entre eux la rivière et la foret pour faciliter leur nourriture. Des ossements ont été découverts enfouis en amont et en aval de la localité dans de la terre sablonneuse et sur divers terrains.

            Un siècle avant J.C., l’amalgame des Celtes et des autochtones était réalisé. Armeau était un hameau gaulois. Un vase ancien qu’on y a retrouvé dans un  sarcophage et le menhir de Pierre Fritte qui marque à l’entrée de Villeneuve l’entrée d’un gué de l’Yonne, sont les vestiges de ce passé. Les habitants de la région constituaient la tribu des SENONES, dont le centre principal était SENS.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens